Rencontre avec Chris DiBona et Tristan Nitot à la Cantine

J’ai assisté cette semaine à une rencontre avec Chris Di Bona, gourou de l’Open Source chez Google. Cette rencontre était animé par le très bilingue (quel bel accent) Tristan Nitot que je ne présenterais pas en vous disant qu’il est le fondateur de Mozilla Europe…

Je partage donc mes notes avec vous, non exhaustives, et j’espère, fidèles à ce qui a été dit.

Mais d’abord, me direz-vous, ô généreux blogueur au style si riche même en temps de crise,  c’est qui donc ce Chris Dibona?

Donc en résumé, c’est le gourou de l’open source chez Google, il est « Open Source Programm Manager ». Visiblement dans les murs depuis assez longtemps et créateur des summer of code (lui ou son équipe, j’ai pas bien compris).

enfin bon, en vrac, voici mes notes :

Google a scanné plus de 30 millions de fichiers et voici les principales licences sous lesquelles ces fichiers sont publiés:

Ce trio de tête représente plus de 80% des fichiers. C’est énorme et cela laisse assez peu de place aux licences propriétaires.

Pourquoi les rédacteurs de ces lignes de code mettent-il à disposition leur code?

  • par curiosité intellectuelle
  • Pour améliorer leur compétence
  • Besoin de faire travailler son cerveau

Donc, les programmeurs open source sont assez philanthropes. Mais ça, on le savait.

Google utilise aujourd’hui encore des serveurs très proches des PC grand public. Et utilise bien naturellement des logiciel open source (notamment GNU/Linux).

Pourquoi?

Contrôle total & flexibilité font partie des avantages (et non des moindres) que met en avant Chris DiBona.

Comment Google participe à l’open source?

« Reliable scalable clean project hosting

Version control

Issue tracking

Wikis

Over 600 projects! »

Conclusion, n’importe quelle appli’ open source utilise du code Google selon DiBona.

Mais Google crée également de nouveau format pour améliorer l’interopérabilité et l’expérience globale du web :

« WebM pour éviter les formats proprio type HD264

WebP

Webrtc

Omaha

Ganeti

Adk android robot world« 

Enfin, Chris DiBona appuie sur le fait que Google organise le Summer Of Code. Fin de la première partie.

Tristan Nitot revient sur scène, nous voilà lancé dans un phase de question/réponse qui, je l’avoue, m’a plus passionné que la première partie de cette rencontre.

Plusieurs message assez forts, venant notamment de Nitot :

« Le cloud enlève à l’utilisateur le contrôle du logiciel. Ce n’est pas bien. Plusieurs solutions sont possibles. Notamment une solution moins disante qui serait de dire qu’il est acceptable de perdre ce contrôle si le formats des données stockées est ouvert. Ce n’est pas suffisant selon nous. Mozilla essaie de faire des choses comme la synchronisation des favoris etc… Cependant, nous n’avons pas encore trouvé d’autres solutions. La centralisation n’est jamais bénéfique et c’est une vraie question. »

« Mozilla se devait de réagir à Chrome OS. C’est le projet Boot to Gecko. Nous ne l’aurions pas fait sans l’arrivée d’Android et de Chrome OS ».

Je finirais ce compte-rendu approximatif avec cette belle réflexion de Tristan Nitot sur le manque de design supposé et d’ergonomie dans les interfaces des logiciels Open Source :

 » Il y a une gué-guerre presque inévitable entre les designers qui veulent simplifier les interfaces et les développeurs qui souhaitent offrir le plus de fonctionnalités possibles…car ils les ont développées, c’est leur bébés et les designer qui ont en général une approche plus minimaliste. Il est assez dur pour un designer de se faire accepter dans ce monde là.

Firefox a bénéficié justement de son approche minimaliste en terme de fonctionnalités.

En effet, le code est voulu le plus léger possible. Si l’on veut développer une nouvelle fonctionnalité pour Firefox, on doit créer une extension. Cela permet de ne pas alourdir l’expérience globale et que chacun puisse avoir le navigateur qui convient à ses besoins »

Enfin, je vous invite à suivre l’actualité des rencontres organisées par la Cantine.

 

5 réflexions au sujet de « Rencontre avec Chris DiBona et Tristan Nitot à la Cantine »

Laisser un commentaire